PA-Webzine - V1

 Conformité aux normes W3C.

 Tous les styles sont déclinables en une infinité de thèmes.

 Disponibilité immédiate

 Plus d'informations ...




Style en cours : Style00
Retourner à la présentation du Pack Webzine
Séisme en Haïti : jusqu'à 3 millions de personnes touchées

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter1 775 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####

Un énorme tremblement de terre de magnitude 7 a frappé mardi Haïti non loin de Port-au-Prince, sa capitale surpeuplée, provoquant une «catastrophe majeure», selon les autorités. C'est une «tragédie qui défie l'entendement», a commenté l'ex-président Aristide, qui vit en exil en Afrique du Sud. Plusieurs centaines, voire milliers de morts sont à craindre, bien qu'aucun bilan officiel ne soit encore disponible.

La violente secousse s'est produite à 16H53 heure locale (22H53 à Paris), à environ 15 km à l'ouest de Port-au-Prince. Le séisme pourrait être d'autant plus dévastateur qu'il s'est produit près de la surface, à environ 10 km de profondeur, selon les spécialistes.

Des milliers de victimes à craindre

A la mi-journée (heure française), aucun bilan officiel n'était disponible, mais les informations partielles laissaient craindre un drame de grande ampleur.

La Fédération internationale de la Croix-Rouge se prépare à venir en aide à «un maximum de trois millions de personnes» qui pourraient être affectées. MSF, de son côté, a déjà accueilli 600 blessés dans ses centres de soins à Port-au-Prince. Partout les témoignages font état de victimes coincées dans les décombres, alors que d'autres font état de plusieurs dizaines de cadavres qui jonchent les routes de la capitale.

Selon Bernard Kouchner, le patron de la Mission de paix de l'ONU en Haïti (Minustah), le Tunisien Hedi Annabi, serait mort lors du séisme ainsi que tous ceux qui se trouvaient «autour de lui» dans le quartier général de l'ONU, a-t-il annoncé sur RTL. «On sait également que l'immeuble présidentiel s'est effondré, que le président (René) Préval est sorti», a précisé le ministre français.

La Jordanie annonce trois morts parmi ses casques bleus, le Brésil quatre, tandis que huit Casques bleus chinois ont été ensevelis sous les décombres et dix sont portés disparus indique le China Daily sur son site internet.

Au milieu de la désolation, un journaliste de l'AFP a constaté plusieurs scènes de pillages. Des pillards étaient notamment à l'oeuvre dans la nuit de mardi à mercredi dans un supermarché au nord de Port-au-Prince qui s'est effondré après le séisme. Il faut rappeler que le pays est l'un des plus pauvres du monde.

Un grand nombre de bâtiments détruits

Selon les témoins, la secousse très violente a duré plus d'une minute, allant jusqu'à faire sauter les véhicules en pleine rue. De nombreuses personnes sont sorties dans les rues après le séisme, et les communications étaient fortement perturbées.

«Le centre de Port-au-Prince est détruit, c'est une véritable catastrophe», a déclaré un habitant qui a marché plusieurs kilomètres pour regagner son domicile au milieu de scènes de panique.

Un journaliste d'une télévision haïtienne, «Haitipal», captée sur internet, a rapporté que de nombreux bâtiments publics de la capitale s'étaient effondrés. Intervenant en direct au téléphone depuis Port-au-Prince, il a notamment cité «le Palais national, le ministère des Finances, le ministère des Travaux public, le ministère de la Communication et de la Culture, le Palais de justice, l'Ecole normale supérieure». Le journaliste a aussi affirmé que les bâtiments du Parlement ainsi que la cathédrale de Port-au-Prince s'étaient effondrés.

D'après plusieurs témoignages, l'hôpital principal de Port-au-Prince s'est également effondré.

mercredi 13 janvier 2010

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 
Par Diop le 08/05/2012
Un journaliste d'une télévision haïtienne, «Haitipal», captée sur internet, a rapporté que de nombreux bâtiments publics de la capitale s'étaient effondrés. Intervenant en direct au téléphone depuis Port-au-Prince, il a notamment cité «le Palais national, le ministère des Finances, le ministère des Travaux public, le ministère de la Communication et de la Culture, le Palais de justice, l'Ecole normale supérieure». Le journaliste a aussi affirmé que les bâtiments du Parlement ainsi que la cathédrale de Port-au-Prince s'étaient effondrés.

Newsletter
Sondages
Texte de la question
Réponse
Réponse
Réponse